CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Le centre d’innovation pédagogique
 

Découvrez une école hors du commun – premier billet d’une série de neuf

Introduction

Du 8 janvier au 9 février 2018, je suivrai un stage à l’école du Colibri en France, un établissement scolaire spécialisé dans la pédagogie de la coopération et situé sur un site agrotouristique. Je serai insérée à une classe de CM2 (5e année) et des classes de l’Ontario suivront mon aventure. Je publierai une série de neuf blogues (billets et vidéos) pour partager cette expérience pédagogique extraordinaire avec vous.

Découvrez une école hors du commun : l’école Colibri.

Des enfants qui jouent dans la cour de l’école du Colibri.

Plus jeune, j’étais loin de penser que je choisirais d’être enseignante. Je m’étais toujours dit que j’avais besoin de défis, de quelque chose qui me permette d’être créative, d’apprendre constamment et d’être stimulée. Avant tout, je voulais faire une différence dans notre société. Puis, j’ai découvert que l’enseignement était en constante évolution et, qu’après tout, cette carrière répondait à mes attentes. J’ai trouvé ça vraiment excitant et j’ai commencé mes études en vue de devenir enseignante.

Pourquoi me suis-je retrouvée dans une école en France?

La cour de l’école du Colibri.

Eh bien, dans le cadre d’un cours à la Faculté d’éducation, je devais choisir de vivre une expérience hors Ontario en éducation. Je n’avais pas beaucoup de consignes à suivre : créer mon propre projet et trouver où j’aimerais aller. C’est un peu par hasard sur YouTube que j’ai découvert l’école du Colibri à Roche-sur-Grane. Après un simple courriel expédié au personnel de l’école, on acceptait de recevoir une Canadienne comme stagiaire! Et me voilà donc observatrice dans cette très petite école alternative de la Drôme en France.

Ce que j’aime particulièrement dans ce projet, c’est la liberté qui m’est offerte. Je ne participe pas à cette aventure pour satisfaire aux interrogations d’un professeur de la Faculté, mais bien pour répondre à MES propres questions (#enquête). Être engagée, responsable de mon propre apprentissage et être fidèle à mes champs d’intérêt, ça c’est motivant. C’est un peu ce qu’on souhaite de nos élèves en salle de classe : qu’ils dirigent leurs apprentissages en fonction des questions qu’ils se posent. Comme membre du personnel enseignant, il faut savoir être un guide, mais également se positionner en chercheur.

Pourquoi demander à des classes de l’Ontario de me suivre? 

J’avais envie que cette expérience pédagogique ne soit pas qu’à moi. Je souhaitais partager avec vous les pratiques gagnantes de l’école du Colibri et que l’on puisse collaborer suivant un esprit de réflexion pédagogique. J’avais envie d’accorder une voix aux élèves pour qu’ils puissent donner leur point de vue, établir des comparaisons et me faire confronter par ce qui se fait dans un pays différent.

Parallèlement, je tenais à partager mon expérience afin d’inciter d’autres étudiants et étudiantes en enseignement à ne pas avoir peur d’oser participer à des stages hors du commun, bref à prendre en main leur autoformation. Ce sont les mentors que j’ai croisés au cours des deux dernières années qui ont stimulé ma propre définition de la profession d’enseignant et qui ont alimenté mon engouement pour celle-ci. Le message reste le même pour tout le monde. Il faut oser sortir des sentiers battus pour innover et il ne faut surtout pas avoir peur de commettre une erreur. C’est ce qui me sert de leitmotiv comme future enseignante.

Au cours de mon séjour et avec le soutien de l’équipe TacTIC du CFORP, je publierai mon aventure sur le blogue ÉducO par l’entremise de billets ou de vidéos.

Au fil de ces publications, je vous présenterai l’école du Colibri plus en détail, ainsi que ses pratiques pédagogiques innovantes. Peut-être que certaines choses vous surprendront (je l’espère bien!).

Quatre classes au niveau moyen de l’Ontario vont suivre mon aventure :

  • celle de de Robert Brisson à l’école élémentaire catholique Saint-René-Goupil du Conseil scolaire catholique Mon avenir à Guelph;
  • celle d’Elizabeth Riche à l’école élémentaire catholique Horizon-Jeunesse du Conseil des écoles catholiques du Centre-Est à Ottawa;
  • celle de Denise Vachon à l’école élémentaire publique L’Académie de la Seigneurie du Conseil des écoles publiques de l’Est de l’Ontario;
  • celle de Jean-François Sylvestre à l’école élémentaire publique Passeport Jeunesse à Hearst du Conseil scolaire public du Nord Est de l’Ontario.

Vous verrez que l’école du Colibri va bien au-delà de la simple pédagogie de la coopération!

L’école du Colibri.

J’espère que bien d’autres personnes (pédagogues ou non) ainsi que des élèves auront le goût de me suivre.

Prêts pour partir à l’aventure en France avec moi?

J’ai hâte de lire vos questions et commentaires!

Des enfants qui jouent dans la cour de l’école du Colibri.

Partager l'article
Écrit par
Je suis étudiante de 2e année à la Faculté d’éducation de l’Université d’Ottawa au cycle primaire-moyen. En janvier et février 2018, je serai à l’école du Colibri en France, un établissement scolaire spécialisé dans la pédagogie de la coopération. Curieuse de nature, j’adore tout ce qui touche à l’apprentissage par enquête et la technologie. Pour moi, éducation rime avec communauté, esprit critique, climat positif, et sorties à l’extérieur de la salle de classe.
Derniers commentaires
  • WOW!!! Bravo Caroline, une première publication très inspirante. Tu as bien raison, il ne faut jamais avoir peur d’innover et l’enseignement est tellement une grande aventure et toi l’enseignante, tu es maître de tes péripéties.

    • Caroline BD

      Merci Fannie! Oui c’est exactement ça : être maître de tes péripéties, il faut être prêt à l’aventure. Coucou à Saint-Victor!

  • Bonjour Caroline, Quelle belle expérience ! Nous allons te suivre – et la suivre – avec beaucoup d’intérêt !

    • Caroline BD

      Merci Marc!

  • Quel beau développement professionnel Caroline! Je parle du tien, mais surtout du mien ! Merci de nous permettre de vivre un milieu d’apprentissage qui sort parfois de notre connu et qui nous amène à pousser nos réflexions de pédagogue! Continue de nous nourrir!

    • Caroline BD

      Merci Linda, tout le plaisir est pour moi. Faire du développement professionnel coopératif c’est encore plus enrichissant je trouve. Et oui, il faut oser sortir de son milieu pour remettre les choses en perspective et laisser de nouvelles choses venir à soi. Merci de me suivre 🙂

LAISSEZ UN COMMENTAIRE