CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Le centre d’innovation pédagogique
 

Ce que j’aurais aimé savoir quand j’ai entrepris ma carrière d’enseignant – premier de deux billets

Messages aux nouvelles enseignantes et aux nouveaux enseignants

Voici quelques idées qui me sont venues à l’esprit pour les membres du personnel enseignant qui entament leur carrière. Merci à mon collègue Martin Parent (@Monsieur_Parent) d’avoir contribué en me partageant son expérience de nouvel enseignant. Ses idées m’ont grandement aidé. Je vous donne cinq conseils cette semaine et la semaine prochaine, je publierai un deuxième billet de blogue qui en comportera cinq autres.

1 – Le bien-être de vos élèves c’est votre priorité. L’élément de première nécessité pour tout enseignant : créer de bonnes relations avec les élèves. Vous pouvez détenir toutes les connaissances au monde, proposer les meilleurs projets, mais si les élèves ne veulent pas les entendre vous n’irez nulle part.

Ma citation préférée résume bien cet état de fait :

« They don’t care how much you know, until they know how much you care. » Theodore Roosevelt

OK, mais comment faire pour créer de bonnes relations?

Il faut d’abord multiplier les contacts positifs avec le maximum d’élèves. Les contacts positifs c’est de l’argent en banque : quand viendra le temps de remettre les pendules à l’heure avec certains élèves, ils vous écouteront un peu plus si vous avez eu des interactions positives auparavant.

Qu’est-ce qu’un contact positif me demandez-vous? Ça commence avec un simple bonjour quand vous les croisez dans le corridor, un accueil chaleureux et sincère à leur arrivée en classe, un compliment sur leur tenue du jour, une conversation sur un sujet qui n’est pas lié à l’école; bref les possibilités sont là devant vous chaque jour; à vous de les saisir.
Finalement, créer des relations, ce n’est pas seulement important avec les élèves de votre classe, mais c’est tout aussi nécessaire avec l’ensemble des élèves de l’école. Comme l’a judicieusement souligné George Couros, vous devez être un professeur d’école au lieu d’un enseignant de salle de classe; tous les élèves sont vos élèves. Il n’y a pas de pause.

2- À l’école, vous êtes toujours un membre du personnel enseignant. Bien sûr, vous avez des périodes de dîner et d’autres de préparation, mais sachez qu’à l’instant où vous mettez les pieds sur le périmètre de l’école jusqu’à ce que vous quittiez en fin de journée, vous êtes un membre du personnel enseignant qui travaille, vous êtes en fonction, vous êtes « on ».

Voyons ce qu’en pense Martin un enseignant avec deux ans d’expérience :

« Lors de ma première année comme enseignant, j’ai trouvé que c’était difficile d’être toujours en fonction; d’être toujours la personne responsable en tout temps. Être enseignant ce n’est pas quatre périodes de 75 minutes (…). Comme jeune de 23 ans, j’ai trouvé ça un peu difficile. Tu dois toujours être conscient de tes actions et des mots que tu choisis d’employer. »

Cela étant dit, c’est loin d’être un fardeau. Utilisez plutôt ce temps pour amasser de l’information. Sur votre heure de dîner, marchez dans l’école : voyez ce que font les élèves pendant le dîner, qui est ami avec qui, qui se tient dans quel coin de l’école, ce qui s’y passe, est-ce qu’il y a une « tempête » qui s’en vient? Bref, c’est une occasion parfaite d’avoir des contacts positifs avec les élèves.

3- N’essayez pas d’être cool. Créer des relations avec les élèves ne veut pas dire qu’il faille agir et parler comme eux. Les élèves ne veulent absolument pas que vous soyez leur ami. Cela étant dit, ils veulent que vous vous intéressiez à eux, ils veulent vous connaître, savoir qui vous êtes, d’où vous venez, votre cheminement, etc. Soyez vous-même! Les élèves sont capables de vous deviner beaucoup plus que vous ne le croyez! Pour eux, votre franchise et votre authenticité comptent beaucoup plus que la façon dont vous vous habillez.

4- L’habit FAIT le moine. Si vous voulez être pris au sérieux (par les élèves et vos collègues), habillez-vous en conséquence. Pas besoin de refaire sa garde-robe, mais juste d’être conscient qu’on aura beaucoup de paires d’yeux qui vont nous étudier. Pendant mes premières années en salle de classe, je ne portais jamais de jeans, même les vendredis. Je voulais avoir un look professionnel en tout temps. En général, quand vous sortez de la faculté, vous êtes jeunes et avez l’air jeune, donc il vaut mieux ne pas vous habiller comme les jeunes.

5- Transformez votre manque d’expérience en expérience d’apprentissage. Vous risquez de trébucher pédagogiquement plusieurs fois au cours de vos premières années en enseignement : pas de panique! Mettez votre ego de côté et questionnez constamment vos pratiques et votre pédagogie. C’est tellement facile de mettre tout le blâme sur le dos des élèves lorsque la classe ne va pas bien.

Selon mon expérience, tout ce qui arrive dans une salle de classe est, un tant soit peu, la faute de l’enseignant ou de l’enseignante.
Les élèves dorment, n’écoutent pas, parlent en même temps que vous, échouent à votre cours sans remords; par ces comportements, ils essaient de vous faire comprendre quelque chose. À vous d’avoir l’ouverture d’esprit pour bien saisir leur message. Qu’est-ce qu’on peut faire en tant que membre du personnel enseignant pour que la situation s’améliore? C’est là que la croissance commence.

Je suis certain que vous avez vous aussi des conseils à partager à votre tour, j’ai hâte de lire vos commentaires. Moi, j’ai encore des conseils à prodiguer au nouveau personnel enseignant, je continuerai donc ce billet la semaine prochaine.

Partager l'article
Écrit par

<p>Je suis enseignant de 8e année à Ottawa dans une école secondaire de langue française. J’adore apprendre! L’innovation en éducation me passionne. Je regarde depuis longtemps ce que les autres font. À mon tour de partager ce que je fais ou du moins ce que j’essaie de faire. Quand je ne suis pas en train de penser à l’école, je cours (1/2 marathon, 10 km, 5 km), je lis (souvent au sujet de l’école) et je travaille le bois dans mon garage.</p>

Derniers commentaires
  • Si je suis d’accord sur l’ensemble de votre billet,  » l’habit fait le moine « …. mérite d’être questionné.
    Où se situe donc la norme et doit-on s’y conformer?, avoir l’apparence pour être?
    On connait tous de piètre enseignants en costume et d’excellents en jeans, même le lundi…
    Si on est une enseignante, doit-on s’habiller en robe ou en pantalon?

    Je dirais plutôt, là aussi, d’être en accord avec soi-même, car les élèves auront tôt fait de briser la coquille,…et gare si elle est vide!

    • ooops, piètreS….

LAISSEZ UN COMMENTAIRE