CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques
 

Le développement des compétences globales pour un changement durable : ABSOLUMENT!

Le 18 avril dernier, lors de notre troisième En direct de la salle de classe de…, nous avons eu la chance d’observer cinq équipes d’élèves en action, échangeant et collaborant sur leurs projets, dans le cadre de leur participation au programme Boussole.

Le programme Boussole est un programme d’éducation intégrée offert à l’École secondaire Ronald-Marion du Conseil scolaire Viamonde à Pickering. Il y a trois ans naissait l’idée de ce projet, à la suite d’une occasion de développement professionnel pendant laquelle monsieur Mathieu Morin, enseignant à l’école Ronald-Marion, accompagnait ses élèves à une conférence de leadership organisée par Learning for Sustainable Future.

Le concept : un enseignement soutenant l’intégration de bonnes pratiques environnementales dans les milieux scolaires. En bout de ligne, selon M. Morin, initiateur du programme : « c’est la métaphore de la vie en action ! »

 

La mise en œuvre du programme

À son retour de la conférence, tellement emballé et énergisé par les discussions et ce moment de réseautage avec, pour et par ses pairs et ses élèves, M. Morin voyait clairement les retombées authentiques de cette approche inclusive et pluridisciplinaire d’enseignement et d’apprentissage.

Aussitôt retourné au travail, il élabore sa vision de ce qui est devenu le programme Boussole. Après un an de préparation avec sa collègue Oriane, qu’il a recrutée comme alliée, la conceptualisation du programme est terminée. M. Morin débute alors, avec sa collègue Oriane, un co-enseignement pour une quinzaine d’élèves, et ce, pour le semestre au complet. Les élèves suivent alors quatre cours :  Chimie – 11e année, Anglais – 11e année, Géographie – 12e année et Leadership – 12e année.  M. Morin devient titulaire du cours de Chimie, Oriane du cours d’Anglais. Quant aux cours de Géographie et de Leadership, M. Morin et Oriane se partagent les tâches.

 

La tâche à accomplir

La tâche proposée aux élèves du programme Boussole est ambitieuse, mais atteignable. Les élèves doivent créer un projet d’intérêt personnel mettant à l’étude et en pratique les trois principes de l’économie circulaire pour un changement durable :

  1. Éliminer les déchets et la pollution par le design de produits et services
  2. Garder les matériaux et les produits en utilisation
  3. Régénérer les systèmes naturels

« Par les principes de durabilité évoqués par la théorie de l’économie circulaire, nos élèves identifient une problématique réelle en communauté et doivent gérer un projet leur permettant d’y trouver des solutions durables. Nos travaux de classes sont pratiques, collaboratifs, contextuels, réels et concrets », mentionne M. Morin.

 

Les projets d’intérêt sur lesquels travaillent les élèves cette année sont :

  • La réutilisation de vieilles bicyclettes pour recharger les cellulaires et les tablettes;
  • Un café réparation – possiblement dans une serre durable où des invités de marque viennent offrir des ateliers portant sur des actions réalisables pour tous, afin de mieux vivre une économie circulaire;
  • La réutilisation d’ordinateurs d’entreprises à l’école ou dans des foyers de famille à plus modeste revenu;
  • La fabrication de coussins « bean bags » pour réutiliser les contenants de nourriture jetables des restaurants environnants;
  • Le fond vert : une campagne de financement par la vente de produits santé dans des contenants réutilisables dont les profits serviront à la mise sur pied ou à la perpétuité d’autres projets d’élèves du programme Boussole.

 

Le développement des compétences globales

Voir grand et voir autrement sont clairement des critères à l’œuvre dans ce programme.  En ce sens, les compétences globales de la citoyenneté, de l’innovation, de la créativité et de l’entreprenariat sont mises en pratique au quotidien. Par la communication et la collaboration de cinq équipes, composées de trois membres chacune, les élèves sont prêts à foncer.

Le processus créatif et le questionnement en profondeur des élèves essayant de déterminer comment apporter des solutions durables à chacune de leurs problématiques est évident. De plus, ces derniers ont également à considérer des possibilités de partenariat communautaire afin de devenir agent de changement, non seulement dans leur milieu scolaire, mais aussi dans leur grand environnement urbain.

 

Nos constats à la suite de ce En direct de la salle de classe de M. Morin

  • L’esprit innovant des élèves, reflété par leurs idées et solutions. Ils et elles ont affirmé le haut niveau de créativité, autant dans le processus que dans les solutions trouvées. « Ils s’entreprennent de A à Z! », souligne un des membres des équipes TacTIC et AIM qui a assisté au En direct.
  • Le haut niveau de qualité des discussions orientées entre les pairs et M. Morin au sujet de plusieurs propositions de solutions.
  • La profondeur des thématiques environnementales et le désir des élèves de s’allier de partenaires communautaires pour les appuyer.
  • Le questionnement authentique des élèves. Lors du tournage, des membres de notre équipe présents en classe ont d’ailleurs pu relever d’autres moments d’authenticité des projets : une équipe en conversation téléphonique avec des experts, une entrevue sur place avec le technicien en informatique de l’école, des recherches de coordonnées pour établir des contacts afin d’inviter les entreprises à un partenariat; tout cela en harmonie avec des principes de citoyenneté bien intégrés à leurs façons de communiquer, d’échanger et de partager entres eux et avec des partenaires potentiels!
  • Les preuves du développement des six compétences globales : « Elles y sont toutes! De manière circulaire… sans mauvais jeux de mots! », relève une autre collègue des équipes TacTIC et AIM. Les élèves se poussaient à comprendre les points de vue des autres pour bien s’assurer de cerner ce qui était dit, ce qui permettait une communication efficace pour faire cheminer les projets. On a pu y voir aussi une communication et collaboration inter-projets, chaque groupe tentant du mieux possible d’appuyer les autres projets en créant des liens réels entre eux. La résolution de problèmes, quant à elle, est à l’avant-plan de la création des projets. « Tout est possible », comme le dit si bien la devise de leur conseil scolaire, et ce, dans un esprit de mentalité de croissance effervescent.

 

« Des élèves qui apprennent et qui sont heureux, c’est tellement beau! Il faut avoir confiance en ses élèves pour oser des projets innovants, authentiques et engageants », fait valoir M. Morin.

Partager l'article
Écrit par
Linda Love
Leader pédagogique à l’équipe TacTIC, passionnée par l’apport des technologies à la pédagogie participative et par les recherches sur le développement des compétences à l’ère numérique, j’appuie les directions d’école dans la poursuite du virage à l’ère numérique. En constantes réflexions quant au rôle de levier qu’exercent les technologies dans l’apprentissage, je vis dans un mode d’expérimentation continuelle qui m’amène à cheminer, à croître et à innover. Twitter : @LindaLove62

Nathalie Ladouceur
Nathalie occupe le poste de conseillère pédagogique en Premières Nations, Inuit et Métis et appuie les initiatives ministérielles au CFORP. Elle accompagne les 12 conseils scolaires francophones et favorise des liens avec des partenaires communautaires et autochtones. Elle a enseigné durant 23 ans aux paliers intermédiaire et secondaire dans trois provinces et a été agente de liaison communautaire pour l’initiative Élargir l’espace francophone. Mère d’une famille exogame de 5 enfants, elle est très fière de vivre en français et de créer des moments qui solidifient leur appartenance à la communauté francophone, et ce, tout en soutenant la dualité linguistique.
Aucun commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE