CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques
 

Je suis directrice de ma vie. Et toi?

Ce billet de blogue est complémentaire aux capsules d’autoformation sur la mentalité de croissance produites par le CFORP. Ce quatrième billet, d’une série de billets qui se terminera en mai, soutient tout particulièrement la capsule intitulée Est-ce moi qui affronte les défis ou plutôt le contraire?

 

Je suis directrice de ma vie.  Et toi?

 

Regarde l’image ci-dessous. Quelles émotions évoque-t-elle chez toi?

 

Extrait de l’autoformation : Est-ce moi qui affronte les défis ou est-ce plutôt le contraire?

 

Maintenant, visualise les montagnes comme si elles représentaient un défi qui se présente à toi :

  • Que vois-tu?
  • Qu’entends-tu?
  • Que ressens-tu?

À présent, je t’invite à te poser cette question : « Habituellement, est-ce moi qui affronte les défis ou est-ce plutôt le contraire? »

 

Une question de résilience

 

Qu’est-ce qui fait en sorte que certaines personnes réussissent à faire face aux défis qu’elles ou ils rencontrent, alors que d’autres ne semblent pas être à la hauteur? Cette question, je la trouve tout à fait fascinante! Si vous me demandiez de définir le dénominateur commun à toutes ces gens qui ont su relever des défis avec brio, ma réponse serait : la résilience! Mais qu’est-ce que cette fameuse résilience?

« La résilience c’est la capacité de trouver la force intérieure nécessaire pour rebondir à la suite d’une épreuve ou d’un défi surmonté. »

Dans ma vie personnelle et professionnelle, j’en ai vécu des situations stressantes… et même des situations plus que stressantes! Ces moments de ta vie au cours desquels tu t’accroches à un je ne sais trop quoi, où chaque matin tu te tires du lit… parce qu’il le faut. Tu ne sais pas trop comment, mais tu le fais. Le message véhiculé dans une de mes citations préférées de Winston Churchill reflète bien le fond de ma pensée à ce titre : quand tu penses traverser une situation invivable, surtout, continue d’avancer. Au fil de mes expériences de vie, j’ai aussi retenu qu’après la tempête, il y avait effectivement une accalmie. Puis, un jour, tu regardes en arrière et tu te demandes : « Comment ai-je passé au travers? »

 

Saisir les occasions pour bâtir sa résilience

 

Confrontés à l’adversité, confrontés à l’erreur, confrontés à la peur, confrontés aux jugements, nous savons souvent trouver en nous, pour reprendre l’expression clichée, une force que nous ignorions posséder et qui nous permet de continuer à persévérer. Mais, pourquoi suis-je une personne résiliente? Comment suis-je devenue une personne résiliente? Comment pouvons-nous arriver à bâtir cette résilience?

Pour moi, il va sans dire que pour bâtir notre résilience, nous devons faire face à l’adversité. C’est en prenant des risques, en subissant des échecs, en commettant des erreurs que nous bâtissons cette résilience. En fait… pas tout à fait! Vraiment, c’est en voyant ces moments, ces expériences de vie comme des occasions d’apprentissage que nous apprenons à devenir résilient.

 

Des stratégies pour être résilient

 

Dans le cadre d’échanges que j’ai eus avec des collègues avec qui je réfléchissais sur la façon de faciliter le développement des compétences globales chez nos élèves ici, en Ontario, je me suis rendu compte que pour devenir une personne résiliente, je m’étais appuyée petit à petit sur l’ensemble des compétences que j’avais développées en établissant cette résilience. Voyez-vous les mêmes liens que moi?

La connaissance de soi est, selon moi, une des pierres d’assise de la résilience. Pour être résilient, il faut connaître ses capacités, ses forces, ses limites, ses défis. Il faut savoir écouter son corps, son esprit, prendre soin de soi. Être un apprenant à vie est aussi un fondement essentiel à la résilience. Confrontés à l’adversité, à un défi, à une erreur, à une peur, il faut souvent trouver des stratégies différentes de celles qui nous sont familières… pensée critique, résolution de problèmes? Il faut envisager une autre façon de faire… innovation, entrepreneuriat? Et ceci veut aussi dire, être prête ou prêt à apprendre, d’où le principe d’apprentissage autonome.

 

Les compétences globales à développer en Ontario :

  • pensée critique et résolution de problèmes
  • innovation, créativité et entrepreneuriat
  • apprentissage autonome
  • collaboration
  • communication
  • citoyenneté

Le cadre de compétences globales de l’Ontario, 2017

 

Être directrice ou directeur de sa vie

 

Je ne peux qu’être d’accord avec la citation de Céleste Levy présentée dans la capsule Est-ce moi qui affronte les défis ou les défis qui m’affrontent? qui souligne que :  « les épreuves que nous vivons nous font souvent prendre un virage inattendu. » Par contre, je persiste à dire qu’il n’en tient qu’à nous de saisir ces occasions.

 

L’automne dernier, lors d’un rassemblement pendant lequel je devais donner un discours, je me suis présentée ainsi : Johanne, directrice de ma vie! C’est le sentiment qui m’habite chaque jour et la posture avec laquelle j’approche toute situation; j’ai appris à me dire que ce ne sont certainement pas les défis qui vont m’affronter. Et encore moins les erreurs et les échecs qui vont me définir… à moins que ce ne soit moi qui façonne et décide comment et à quel point ces erreurs et ces échecs pourront définir qui je suis! Lorsque nous comprenons le pouvoir de l’échec, rien ne peut nous arrêter : c’est toi la directrice de ta vie; c’est toi le directeur de ta vie!

Extrait de l’auto formation s’intitulant : Est-ce moi qui affronte les défis ou est-ce plutôt le contraire?

Développer une mentalité de croissance, c’est beaucoup plus que d’adopter une attitude positive ou de voir la vie du bon côté. Il ne s’agit pas d’une paire de lunettes roses qui nous fait automatiquement passer d’un état d’esprit à un autre dans toutes les sphères de notre vie. Développer une mentalité de croissance est une démarche intentionnelle et gratifiante autant du point de vue personnel que professionnel. Simplement, c’est une démarche que je vous invite à entreprendre avec vos collègues en consultant les capsules d’autoformation à ce sujet. Pour l’enseignante ou l’enseignant du 21e siècle, développer une mentalité de croissance ne constitue pas qu’un simple atout. C’est un incontournable, un gage de transformation au profit de la réussite et du bien-être de l’élève et de tout un système.

Révision : Philippe Legault – CFORP

Écrit par
Enseignante agréée de l’Ontario, Johanne est conseillère pédagogique Lead pour l’équipe TacTIC du service de formation professionnelle du CFORP. Elle accompagne des conseils scolaires et des écoles dans le virage vers une pédagogie participative soutenue par les technologies. Certifiée en développement curriculaire et en formation des adultes, Johanne a été titulaire de classe à l’élémentaire, a œuvré en éducation de l’enfance en difficulté, a été formatrice provinciale en apprentissage électronique au CAVLFO et conceptrice et rédactrice de matériel pédagogique et andragogique. Twitter @JohanneSteCroix
Dernier commentaire
  • Louis P Houle

    Un excellent texte. Bravo et oui directeur de ma vie afin que je sois le maître de mes apprentissages

LAISSEZ UN COMMENTAIRE