CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques
 

L’année 2017 avance rapidement…

Le temps avance si rapidement que, déjà, le temps des fêtes n’est qu’un souvenir. Aujourd’hui, j’ai envie de revenir en arrière et de réfléchir avec vous sur la conférence Tac2016 qui a eu lieu il y a quelques semaines. Y avez-vous assisté?

Ah Tac2016! Près de 300 personnes se sont déplacées à Toronto, dont le conférencier Thierry Karsenti et la conférencière Nancy Brousseau, 55 animatrices et animateurs, en plus de 19 écoles présentes à distance. Cette conférence comprenait un forum d’élèves, une table ronde d’experts, plus de 65 ateliers, un bar Twitter, un « croquinote » collectif, et plus encore, sans oublier le spectacle de Katherine Levac.

Pourquoi revenir sur Tac2016? Parce que j’ai eu le plaisir de l’organiser en collaboration avec l’équipe TacTIC du service Formation professionnelle du CFORP et d’y présenter trois ateliers? C’est surtout parce que j’ai eu une chance inouïe du point de vue du perfectionnement professionnel!


Les occasions de perfectionnement professionnel

Il n’y a pas si longtemps lorsque j’enseignais et que je voulais me perfectionner, j’avais très peu d’options : suivre un cours à l’université ou un cours par correspondance, assister à une journée pédagogique ou suivre une formation offerte par mon conseil scolaire ou participer à un colloque. Si ma demande était refusée quant à ma participation à un colloque, je ne pouvais qu’espérer que ma prochaine demande soit acceptée.

Les occasions de perfectionnement professionnel étaient rares! De plus, il n’y avait presque aucun événement auquel je pouvais participer à distance. J’avais déjà suivi un cours à distance lors de ma maîtrise. Directement de Hawkesbury! La réception audio était tellement mauvaise que j’avais l’impression d’écouter les premières descriptions de matchs de hockey sur la bande AM avec René Lecavalier et Gilles Tremblay. Je dois vous rappeler ici que je ne suis pas si vieux que cela!


Et aujourd’hui?

Selon les travaux de Van der Werf et Sabatier (2009), presque un quart des participants, des experts qui façonnent l’avenir des universités et des membres de comités officiels des admissions estiment que les étudiants suivront de 20 % à 40 % de leurs cours en ligne d’ici à 2020, alors que 9,5 % d’entre eux envisagent que ce taux sera bien plus élevé.

Les temps ont changé! De nos jours, les occasions de perfectionnement professionnel sont multiples. Je peux suivre certains événements à distance. Je n’ai plus à me déplacer obligatoirement. Je peux ainsi, directement de mon salon, assister à des extraits ou à la totalité de certaines conférences. Je pourrais aussi m’inscrire à la maîtrise et suivre les cours de chez moi. Je peux enfin participer à des ateliers, et ce, tout à fait gratuitement.


Des exemples

Lors de Tac2016, Joël McLean et moi avons eu le privilège de présenter un atelier touchant les communications. Nous avons diffusé le tout aux écoles qui nous suivaient à distance. À l’heure actuelle, la vidéo de notre atelier est disponible ici, et ce, sans frais. De plus, la présentation peut être téléchargée ici. Chaque bloc d’ateliers organisés dans le cadre de la conférence offrait un choix aux gens qui nous suivaient à distance. Ils sont également tous offerts gratuitement.

Lors de la même conférence, il était possible de suivre les gazouillis. Je n’avais qu’à entrer sur Twitter le mot-clic #tac2016dec. S’y trouvaient des questions, des commentaires, des extraits de conférences, des présentations et des « croquinotes » ou sketchnotes. Une fois de plus, tout est en ligne actuellement sur Twitter.


Photo prise lors de l’atelier « Diffuser de mon école… une question de choix et d’intentions ».


Des extraits sur Twitter

De @maotechno
Et voilà! Un premier #sketchnote signé par nul autre que le fabuleux @gcouros I was listening! #tac2016dec

 

De @julie_mme
Tellement bien dit! @gcouros #tac2016dec


 

De @lefebvre089
Teachers need to be accountable to their colleagues as well as to the principal! @gcouros #tac2016dec

Les moyens technologiques actuels nous permettent de réduire les distances et de suivre des conférences à l’échelle mondiale. Je peux donc prendre en main mon développement professionnel. Je n’ai plus à attendre que quelqu’un d’autre s’en charge. Je peux choisir ce qui m’intéresse; il n’y a plus de limites géographiques. Je peux enfin devenir un fournisseur de contenu. Rien ne m’empêche de partager mes connaissances, mes compétences et mes idées.

Si je suis enseignant… je peux facilement faire la même chose dans mon école ou dans ma salle de classe grâce à la technologie; par exemple, je n’ai qu’à ouvrir un compte Twitter et à utiliser la vidéo en direct.

 

Alors je nous dis :
Racontons nos histoires! Prenons en main notre développement professionnel!
Il y a tout un monde prêt à nous aider, juste au bout de nos doigts.

Pour continuer la réflexion, je vous suggère de lire l’article de Anne Mai Walder. J’attends vos commentaires à ce sujet. Bonne lecture!

Les innovations technologiques sont-elles à l’origine des nouveaux rythmes et des nouvelles temporalités de l’université contemporaine?
Are technological innovations at the origin of the new rhythms and temporalities of the contemporary university?

Écrit par

Consultant, facilitateur, coach, formateur et blogueur chez LPH Solutions

Twitter : @louisphoule
Aucun commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE