CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques
 

L’apprentissage en profondeur : un cercle de lecture – partie 2

L’apprentissage en profondeur : s’ouvrir au monde, changer le monde

La tenue, dans les dernières semaines, d’un cercle de lecture portant sur le livre L’apprentissage en profondeur de Fullan, Quinn et McEachen a été une occasion, pour plusieurs pédagogues de partout en Ontario, d’en apprendre davantage sur l’apprentissage en profondeur. Voici quelques questions sur lesquelles le groupe du cercle de lecture a réfléchi.

 

Pourquoi la scolarisation conventionnelle ne convient-elle plus à nos élèves?

La scolarisation conventionnelle ne convient pas à nos élèves, car ils ne sont plus engagés. Nous devons essayer d’engager nos élèves à prendre des risques pour les préparer à la vie. Les fondements du programme de la maternelle et du jardin d’enfants, en plaçant l’élève en situation d’apprentissage par le jeu, en culture d’enquête et de résolution de problèmes, facilitent davantage l’apprentissage en profondeur.

 

Pourquoi devrait-on implanter l’apprentissage en profondeur dans nos écoles? Quels en sont les bienfaits?

D’après Fullan, Quinn et McEachen, « l’apprentissage en profondeur est le processus d’acquisition de ces compétences globales : le caractère, la citoyenneté, la collaboration, la communication, la créativité et la pensée critique » (aussi sur le site New Pedagogy for Deep Learning). Un apprentissage permettant aux élèves de résoudre des problèmes liés à la vie courante à l’aide de tâches authentiques et ouvertes tout en répondant aux divers besoins de tous les élèves est donc un apprentissage en profondeur. Lorsque l’apprentissage se fait en profondeur, même les élèves désengagés redeviennent engagés, s’épanouissent et veulent venir à l’école.

 

Quelles sont les conditions gagnantes visant le développement des compétences globales?

Un climat de classe qui permet aux élèves d’apprendre de leurs erreurs est à la base d’une transformation de culture et d’une mentalité de croissance. Un aménagement flexible aide les élèves à développer les compétences globales ainsi qu’un esprit ouvert qui encourage la prise de risques.

Il est aussi nécessaire que les enseignantes et les enseignants fassent partie d’un réseau d’apprentissage pour l’apprentissage en profondeur avec leurs directions d’école, les conseillères et conseillers pédagogiques et les leaders de leur conseil scolaire. Le personnel enseignant doit être accompagné et se sentir soutenu dans « le comment faire ». Afin d’approfondir et de promouvoir davantage l’apprentissage en profondeur, il faut accorder du temps à la coplanification, au coenseignement, à l’observation en salle de classe et à la collaboration entre enseignantes et enseignants.

 

Quels sont les partenariats possibles au sein de la communauté?

Les partenariats au sein de la communauté sont essentiels à l’apprentissage en profondeur. Et, les possibilités de partenaires sont illimitées! Les élèves peuvent se déplacer pour vivre des expériences authentiques. Des expériences authentiques peuvent se déplacer pour venir rejoindre les élèves! L’accès à la technologie et à différents outils de communication permet aussi aux élèves de communiquer avec des experts, des collaborateurs à travers le monde. À nous d’être des créateurs de contextes et de maximiser ces possibilités d’expériences!

 

Un cercle de lecture en ligne : une belle façon d’accroître ses connaissances sur le plan professionnel!

 


Écrit par :

Cecile Piquette

Cécile Piquette
(Leader pédagogique, region du Nord)

Julie Leroux

Julie Leroux
(EEAS transformation de l’expérience de l’apprentissage, CECCE)

Krystal Murray

Krystal Murray
(Conseillère pédagogique
CSDCAB)

Emily Weiskopf

Emily Weiskopf
(Conseillère pédagogique
CSCFN)

Partager l'article
Écrit par

Cécile Piquette est une directrice d’école qui a travaillé pour le Conseil scolaire catholique Franco-Nord. Elle travaille au CFORP depuis septembre 2018 en tant que leader pédagogique. Elle appuie les directions d’école des conseils scolaires dans la région du nord de l’Ontario selon leurs besoins comme le bien-être des élèves, le monitorage, les compétences globales et l’élaboration du plan d’amélioration des écoles. Pour elle, la transformation de nos pratiques pédagogiques est nécessaire pour répondre aux besoins de nos élèves et nous permet de devenir de meilleurs pédagogues.



Emily Weiskopf-Ball est conseillère pédagogique au Conseil scolaire catholique Franco-Nord. Avant cette année scolaire, elle a enseigné l’anglais à l’École secondaire catholique Algonquin pendant douze ans. Pour elle, la voix des élèves est primordiale dans la planification de ses cours.



Krystal Murray travaille au Conseil scolaire de district catholique des Aurores boréales à Thunder Bay depuis 2008. Après 10 ans en salle de classe aux paliers primaire et intermédiaire, elle en est à sa première année comme conseillère pédagogique avec le CFORP. Elle croit que nos pratiques pédagogiques devraient intégrer et promouvoir le développement des compétences globales pour favoriser un apprentissage en profondeur. 



Julie Leroux est enseignante en affectation spéciale dans le volet de la transformation de l’expérience de l’apprentissage au Conseil des écoles catholiques du Centre-Est. Avant cette année scolaire, elle occupait le poste d’enseignante ressource et de lead de profil de sortie de l’élève dans une école élémentaire. Pour elle, les défis et les tâches authentiques permettent à tous les élèves de développer les compétences nécessaires afin de devenir des citoyens capables de contribuer à la société.

Aucun commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE