CFORP -  Le centre d'innovation pédagogique
Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques
 

Réfléchir, c’est déranger ses pensées

Lors de la causerie Twitter #TacEdChat du mois de février, mes collègues d’Escouade EDU, Marius Bourgeoys, Stéphane Hunter et Marie-Andrée Ouimet, à l’animation pour l’occasion, nous ont fait réfléchir à l’aide de la thématique « Naviguer vers la réussite en tant que leader pédagogique ». Au fil des échanges, certaines participantes et certains participants en sont venus à discuter du concept de la réflexion collective. Je venais de trouver le thème de mon billet de blogue!

La semaine dernière, j’ai assisté à la projection du film Edmond qui raconte l’histoire de la création de la pièce de théâtre Cyrano de Bergerac par Edmond Rostand. Quelle coïncidence! Le titre de mon billet de cette semaine est une citation de son fils Jean : réfléchir, c’est déranger ses pensées.

Citation - Réfléchir c'est déranger ses pensées et celles des autres.

La difficulté de réfléchir

Si nous voulons favoriser la réflexion collective, nous devons nous arrêter et nous concentrer. Mais il est quelque peu difficile de réfléchir. Tout un monde de conspirations nous empêche de nous plonger dans une réflexion. Que nous dit la société? Comment percevons-nous les gens qui réfléchissent? Existe-t-il des outils dans nos téléphones portables qui nous invitent à réfléchir? Quand avons-nous le loisir ou la chance de le faire pour quelques minutes voire pour quelques heures?

Nous sommes envahis par le tohu-bohu du quotidien qui nous appelle à nous surpasser sans cesse, tout en étant désireux de combler nos désirs. C’est aussi le syndrome du « je n’ai pas le temps ». Entre le voyage à Cancún, la correction et la planification, les tournois de hockey de l’aînée, l’anniversaire du grand-père et le souper du carnaval, le temps nous file entre les doigts sans nous laisser le temps de réfléchir.

Lorsque j’étais directeur d’école et que je voulais aborder un sujet demandant un peu plus de réflexion avec le personnel enseignant, on m’indiquait que mes propos étaient trop abstraits ou que le sujet présenté était trop philosophique. Réfléchir dérangeait et on voulait plutôt s’attarder à des choses plus concrètes. Vouloir réfléchir signifiait trop réfléchir. On m’a même comparé un jour à un philosophe parce que je posais trop de questions et que je voulais une réflexion collective.

Nous nous targuons de vouloir développer les compétences dans nos classes, sans même nous demander si nous donnons à nos élèves des outils pour apprendre à réfléchir. Mon fils qui enseigne à l’université me racontait la semaine dernière que son plus grand défi résidait dans le fait que la plupart de ses étudiants et étudiantes avaient de grandes difficultés à réfléchir. Ils et elles ne voulaient souvent que recracher la matière enseignée pour obtenir de bonnes notes.

 

Pourquoi vouloir réfléchir collectivement?

Un courant de pensée semble favoriser la non-réflexion. Alors, pourquoi à titre de leader vouloir l’encourager individuellement et collectivement? Parce qu’il y a de nombreux avantages. Tous les grands hommes et toutes les grandes femmes prennent toujours le temps de réfléchir. Et lorsque ces personnes encouragent la réflexion collective, un phénomène d’amplification se produit. Il y a une valeur ajoutée à réfléchir.

La réflexion collective permet :

  • d’amplifier le développement de la vision
  • d’amplifier le développement des compétences individuelles et collectives
  • d’amplifier les apprentissages à la suite d’erreurs
  • d’amplifier les impacts par sa propre réflexion
  • d’amplifier le partage du pouvoir

 

Cinq moyens pour susciter la réflexion collective

  • S’arrêter et prendre le temps de réfléchir
  • Développer des stratégies de réflexion et les partager
  • Créer des contextes qui stimulent et encouragent la réflexion
  • Créer des ZER de sagesse (Zone d’encouragement à la réflexion)
  • Ajouter à la réflexion des actions concrètes et des échéanciers

 

Je ne sais pas si vous avez déjà eu la chance de pagayer avec 10 adultes dans un rabaska, un grand canot fait en écorce. Pour que tout aille bien, il est important que le ou la leader assigne une place à tout le monde et qu’il ou elle encourage les occupants à pagayer ensemble. Ainsi chacune et chacun voit la destination, y travaille pour s’y rendre et, à la fin de la journée, célèbre les réussites de l’équipe.

Je pense que c’est la même chose pour la réflexion collective. On fournit le contexte et les moyens, la réussite est en fonction de l’énergie mise par chaque personne. Réfléchir collectivement amplifie la création de leviers donnant du pouvoir. Et lorsque le pouvoir est partagé, les plus grandes choses deviennent possibles.

Je désire remercier Lori J. Fraser et Jonathan Tolsma pour leur rétroaction à la suite de la première version de ce billet. Je vous invite enfin à participer à la prochaine causerie Twitter qui aura lieu le 27 mars 2019 de 19 h 30 à 20 h 30. Le thème abordé sera « Ma classe innovante – ses succès et ses défis ». Une autre occasion de réfléchir collectivement.

Partager l'article
Écrit par

Consultant, facilitateur, coach, formateur et blogueur chez LPH Solutions

Twitter : @louisphoule
Aucun commentaires

LAISSEZ UN COMMENTAIRE